Au milieu du lac

Au milieu du lacÔ temps ! accélère ton vol, et vous, heures propices !
Hâtez donc votre cours :
Amenez-nous savourer les futurs délices
Des plus beaux de nos jours !

Assez de malheureux ici-bas vous implorent,
Allez, volez pour eux ;
Prenez donc avec vous l’attente qui les dévore ;
Oubliez les heureux.

Car je demande en vain moins d’attente encore,
Le futur recule, fuit ;
Je dis à cette nuit : Sois rapide ; et l’aurore
Va plus vite vers la nuit.

Patientons ! de l’espoir de pouvoir étreindre,
Contentons-nous un temps !
Nous avons un port, mais que de route pour l’atteindre ;
Il est là, nous attend…


D’après Le Lac, poème de Lamartine., que j’adapte ici en rapport à mon humeur : non pas de temps qui suspend son vol, mais au contraire l’impatience de retrouver ma Chérie. Je suis au milieu du lac et il me tarde d’accoster.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.