Éthiopie : le parc Nechisar

Ethiopie : le parc NechisarAu lendemain de notre première nuit à Arba Minch, nous nous préparons pour une visite très « nature » : nous allons passer la journée dans le Parc National Nechisar (ou Nech Sar, ce qui veut dire « herbes blanches » en amharique). Au programme : approche en bateau, puis rando dans la savane à la rencontre des animaux…

Ethiopie : le parc Nechisar

 

A la sortie de Arba Minch, nous faisons monter dans le véhicule un guide (qui s’apelle Tafara) et un scout (qui ne s’appelle pas). Nous nous éloignons de la ville en direction du sud en prenant une route en assez mauvais état.

Une demie-heure de route plus tard, nous arrivons au Lac Chamo, le lac sud bordant le Parc National.

Ethiopie : le parc Nechisar

 

Une association possédant plusieurs bateaux convoie les touristes vers la réserve naturelle.

Ethiopie : le parc Nechisar

 

Pendant que nous attendons notre capitaine, un singe (un vervet, reconnaissable à ses testicules bleus) s’approche pour chiper une peau de banane et la manger tranquillement à côté de nous.

Ethiopie : le parc Nechisar

 

Ethiopie : le parc Nechisar

 

Puis nous montons à bord d’un des bateaux et nous voilà partis pour une heure de traversée du lac.

Ethiopie : le parc Nechisar

 

Sur l’eau je remarque quelques poissons morts, le ventre en l’air. je m’interroge alors sur une quelconque pollution du site : après tout, nous ne sommes pas loin de la ville. On me répond que le lac est propre mais que les poissons mangent parfois une algue mortelle pour eux… Je dois me contenter de cette explication.

Nous mettons enfin pied à terre, puis empruntons une piste large qui grimpe dans la brousse.

Ethiopie : le parc Nechisar

 

Ethiopie : le parc Nechisar

 

Pendant la monté je discute avec le guide, Tafara, qui est tout jeune : il a juste 22 ans. Il m’explique qu’il a suivi une formation de 3 année à l’université pour devenir guide touristique. Il avait ce projet depuis très longtemps. Il n’est pas natif de la région, il vient du nord, d’une zone sans grand attrait touristique. Il a essayé d’apprendre le français, mais c’était trop dur, il a préféré acquérir trois autres dialectes éthiopiens pour pouvoir accompagner des touristes dans tout le pays.

Le scout est plus âgé, il a été militaire pendant 9 ans, et n’a jamais été mobilisé pour une guerre. D’ailleurs, on me dit que l’Éthiopie est en paix depuis 60 ans (ce que ne confirme pas Wikipedia !). Son arme est vieille, elle a un chargeur de 10 balles. Il est là pour nous protéger en cas de rencontre avec un animal dangereux.

Ethiopie : le parc Nechisar

 

Nous arrivons sur un lieu présentant un petit monticule de pierres blanches entourées de pierres noires. Tafara nous explique qu’avant la création du parc (au début des années 1970) vivait une tribu qui en a été chassée. Ce lieu est la sépulture d’un ancien chef important. Les pierres blanches sont prisent à plusieurs kilomètres d’ici, et chacun devait en déposer une en passant devant la sépulture.

Ethiopie : le parc Nechisar

 

Nous arrivons ensuite sur un plateau du type savane.

Ethiopie : le parc Nechisar

 

Et très rapidement nous tombons sur un troupeau de zèbres. Trois adultes et deux petits, appartenant à l’espèce de zèbres de Grant, endémique du sud-ouest du continent africain.

Ethiopie : le parc Nechisar

 

Ethiopie : le parc Nechisar

 

Ethiopie : le parc Nechisar

 

Ils ne sont pas farouches ! Nous nous en approchons jusqu’à 40 mètres d’eux, avant qu’ils ne décident, lentement, de s’éloigner de nous.

Ethiopie : le parc Nechisar

 

Ethiopie : le parc Nechisar

 

Ethiopie : le parc Nechisar

 

Un peu loin, un troupeau antilope se cache dans les herbes. Ces animaux sont bien plus prudents, et nous n’arrivons pas à nous en approcher… dommage, pas de photos !

Le guide nous propose de monter une colline pour observer le point de vue.

Ethiopie : le parc Nechisar

 

Ethiopie : le parc Nechisar

 

En chemin nous rencontrons un autre groupe de zèbres.

Ethiopie : le parc Nechisar

 

Ethiopie : le parc Nechisar

 

Ethiopie : le parc Nechisar

 

Ethiopie : le parc Nechisar

 

Ethiopie : le parc Nechisar

 

Ethiopie : le parc Nechisar

 

Ethiopie : le parc Nechisar

 

Une fois en haut de la colline, le paysage est en effet magnifique : derrière nous il y a le lac Chamo, avec la savane en premier plan (pas bien grande finalement !), et devant nous des montagnes boisées qui donnent envie d’être parcourues à pieds.

Ethiopie : le parc Nechisar

Pour une version HD de la photo panoramique, cliquez ici.

 

Zoom sur les montagnes :

Ethiopie : le parc Nechisar

 

Zoom sur la savane :

Ethiopie : le parc Nechisar

 

En redescendant, encore un coup d’oeil sur les zèbres qui vivent tranquillement ici…

Ethiopie : le parc Nechisar

 

Ethiopie : le parc Nechisar

 

« Tranquillement » n’est peut-être pas le mot le plus juste. Nous apprenons qu’ils ont des prédateurs la nuit, notamment des hyènes qui vivent en journée à l’écart de la savane, loin des visiteurs humains ! D’ailleurs, juste avant de quitter le plateau, des ossements par terre : les restes d’un zèbre.

Ethiopie : le parc Nechisar

 

Puis nous prenons un sentier qui retourne vers la forêt et la plage. Encore des nids de tisserins en quantité.

Ethiopie : le parc Nechisar

Ethiopie : le parc Nechisar

Nous découvrons des cactus qui tombent des branches des arbres, comme des lianes. On les voit dans le coin en bas à droite de la photo ci-dessus. Ne connaissant pas le mot « liane » en anglais, j’essaie de le faire deviner à notre guide Tafara. Cherchant à imager la plante par un usage spécifique, je lui parle de la légende Tarzan pour faire comprendre le mot. Après plusieurs longues minutes de tentatives d’explication de l’histoire, le guide ne comprend toujours pas ce que je raconte : il ne connait pas cette histoire ! Ni celle de Mowgli ! Je tombe de haut. Nous en discutons et il me dit — ce dont j’aurai dû me douter — qu’il n’y a pas de livres qui circulent ici. Les seuls qui existent sont des livres pour étudier, pas pour lire des romans… Ce que je pensais faire partie des contes populaires universels ne l’est pas. Même si c’est une histoire se déroulant en Afrique, Le Livre de la Jungle reste un référent de culture occidentale. Point.

Internet contribuera certainement à diffuser ces histoires, avec le temps.

Et Internet me permet à moi de retrouver cette plante bizarre : liane calli.

Nous reprenons le bateau pour le retour, mais en trajet non direct : nous longeons la côte pour visiter les zones humides du parc.
Je vois une bouteille flotter sur le lac, je me dis « tiens, la pollution vient jusqu’ici… »

Ethiopie : le parc Nechisar

 

En fait il y en a beaucoup, en ligne, sur l’eau : ce sont les flotteurs des filets de pêche ! Nous passons devant les pêcheurs qui travaillent et vivent ici, loin de tout. Ils pêchent, puis vendent leur production à un poissonnier qui vient les voir tous les jours pour revendre au marché leurs prises. Il leur rapporte leur gain le lendemain.

Ethiopie : le parc Nechisar

 

Ethiopie : le parc Nechisar

 

Nous arrivons près d’une île. Sur la plage, une forme bouge et se met à l’eau en rampant :

Ethiopie : le parc Nechisar

 

Un crocodile ! Quelques individus se réchauffent au soleil :

Ethiopie : le parc Nechisar

 

Ethiopie : le parc Nechisar

 

Nous ne sommes pas les seuls à les observer.

Ethiopie : le parc Nechisar

 

Tout près, un héron pourpré (dont certains passent l’été dans les monts du Forez selon ce document) ne semble pas dérangé par la présence de ces redoutables carnivores…

Ethiopie : le parc Nechisar

 

Nous quittons les abords de l’île. Vers l’est, des montagnes me font penser à un horizon bien auvergnat avec ses volcans alignés… Troisième jour de voyage et déjà nostalgique ???

Ethiopie : le parc Nechisar

 

Plus loin, nous arrivons à une zone où les arbres ont les pieds dans l’eau. Tarafa nous explique que le lac déborde. Il a trop plu ! Nous sommes à 300 km du lac de Ziway : sécheresse d’un côté, inondations de l’autre…

Ethiopie : le parc Nechisar

 

Et près du rivage, une tête connue :

Ethiopie : le parc Nechisar

 

Nous croisons une nouvelle fois des huttes de pêcheurs.

Ethiopie : le parc Nechisar

 

Ethiopie : le parc Nechisar

 

Ethiopie : le parc Nechisar

 

Puis les berges changent, elles se font plus herbeuses.

Ethiopie : le parc Nechisar

 

Nous y croisons de nouveau des hippopotames, des oiseaux …

Ethiopie : le parc Nechisar

 

… des crocos …

Ethiopie : le parc Nechisar

 

… et à quelques mètres des pêcheurs …

Ethiopie : le parc Nechisar

 

Les accidents avec les crocodile sont rares, Tarafa nous explique qu’ils ont peur des hommes et restent à distance, même si parfois, sur une méprise un pêcheur peut-être attaqué. C’est la roulette russe en fait…

Notre scout observe ça impassible.

Ethiopie : le parc Nechisar

 

De retour sur la terre ferme, Guétiyé observe le véhicule : un pneu est crevé. Le temps de changer la roue, Tahara nous propose de faire un tour dans la forêt.

Ethiopie : le parc Nechisar

 

Il nous montre un arbre avec trois grosses formes dans les branches. Qu’est-ce que c’est ?

Ethiopie : le parc Nechisar

 

Des ruches !

Ethiopie : le parc Nechisar

 

Non loin, un amas de branches semble coincé dans la fourche du tronc d’un arbre. Peut-être les restes d’une crue ancienne ?

Ethiopie : le parc Nechisar

 

En fait non, c’est un nid. Il y a un petit trou dans la partie basse ! Un si grand nid, pour un si petit oiseau : l’ombrette africaine !

Ethiopie : le parc Nechisar

 

La voiture est réparée, nous quittons le Parc National de Nechisar. Retour à Arba Minch pour une seconde nuit.

Une réflexion sur “Éthiopie : le parc Nechisar

Laisser un commentaire