« The Ghost Writer », où l’atmosphère est un acteur

The Ghost WriterThe Ghost Writer : voilà un film très très bon ! Il n’est pas aisé de transcrire à l’écran un roman d’espionnage, sans explosions impressionnantes, sans gadgets, ni combats chorégraphiés…

Le réalisateur Roman Polanski signe là une œuvre oppressante, très politique, qui ne laisse pas indemne le spectateur au bout des deux heures de fim.

Pierce Brosnan, un ancien James Bond, se retrouve dans la peau, non pas du justicier, mais au contraire du personnage emblématique, dont on ne sait pas s’il est marionnette ou manipulateur. Campant clone de Tony Blair, son attitude renforce le côté fortement ancré dans l’actualité politique de ces dernières années de ce thriller.

Ewan McGregor, excellent, campe un nègre qui a raté sa carrière de romancier, mais qui met du cœur à rendre humaines les biographies qui lui sont commandées. Et de simple écrivain, il devient enquêteur jusqu’à s’enfoncer dans les méandres de la corruption des politiques. « Tous les mots sont là … mais dans le désordre » dit-il dans le film. Le puzzle nous est dévoilé à la fin. Fin un peu simple, on aurait pu attendre un peu plus côté scénario. Certainement là la seule faiblesse du film.

The Ghost Writer est un film sans éclat donc, à l’énergie égale pendant un bon 3/4 du film pour monter crescendo à la fin, mais qui laisse le spectateur dans une atmosphère froide, sourde, grise, humide, et terriblement inquiétante. C’est cette atmosphère qui donne toute la profondeur au film. C’est dans cet air pesant que s’exprime le génie de Roman Polansk : un quasi-huit clôt, sur un rivage aux habitants peu accueillants, où la mer froide et verte s’étend à perte de vue comme une improbable muraille. Dire que c’est peut-être le dernier film de Polanski que nous pourrons voir… quel dommage pour celui qui a été primé Meilleur Réalisateur au dernier festival de Berlin (son film ayant reçu par ailleurs l’Ours d’Argent).

A la sortie de The Ghost Writer, quand on prend du recul, tous les sous-entendus politiques prennent du poids en cette journée d’élections. Les décideurs ne sont pas toujours ceux que l’on pense… Que l’exercice de la démocratie est dur !

Laisser un commentaire