Jean Ferrat n’est plus.

Jean FerratJean Ferrat n’est plus.
Je suis triste.

Seuls Brel, Ferré, Brassens, Barbara doivent se réjouir : voici un de leur dernier camarade manquant qui les rejoint. Moustaki suivra bien un jour… et je serai de nouveau triste.

Les poètes du XXe siècle disparaissent les uns après les autres… Je cris : « Restez ! La relève n’est pas encore assurée ! »

Pourtant que ses chansons sont belles
Comment peut-on s’imaginer
En apprenant cette triste nouvelle
Que Ferrat vient de nous quitter ?


La Montagne, 1964

Je suis triste aussi parce que j’ai redécouvert Jean Ferrat il y a quelques années, après l’avoir beaucoup entendu chez mes parents quand j’étais enfant, et j’avais cherché en vain à le voir sur scène… Ce bonheur ne me sera donc pas permis (enfin, il faut tout de même remarquer qu’il n’était pas monté sur scène depuis 1972 !).

Vite, réécoutons La Montagne, Que serai-je sans toi, Ma Môme, Nuit et Brouillard, Potemkin, Deux enfants au soleil, Les nomades, Camarades, Hou hou méfions-nous… et surtout, pour contribuer au débat sur l’identité nationale : Ma France.


Ma France, 1969

Tchaô Jean Ferrat.

A visiter : http://www.jean-ferrat.com/

Laisser un commentaire