« Les petits ruisseaux » : c’est beau !

SondageQuel beau film que celui-ci… Un film drôle, poétique, mais surtout un film racontant une histoire d’amour, racontant le plaisir de vivre. Pourtant quoi de plus banal sur les écrans me direz-vous ?

Oui, mais là, c’est différent. C’est une histoire d’amour soit, mais avec des vieux. Des vrais vieux, à la retraite, veuf, ou séparé depuis de longues années, dont les seuls plaisirs tournent autour de la pêche et des amis au bistrot.

Mais voilà, un jour, Emile (joué par Daniel Prévost dans un rôle inhabituel pour lui), (re)découvre l’amour, (re)découvre qu’il a un corps, (re)découvre les plaisirs de la transgression… le plaisir de vivre. Et c’est beau.

Loin des normes sociétales actuelles, le bonheur juvénile de ces vieux crèvent l’écran et nous invite à les suivre, sans rien cacher de leur état : les corps flasques, les dentiers qui s’accrochent l’un à l’autre pendant un baiser… Et c’est beau.

petitsruisseaux1

Cette insouciance, cette légèreté des sentiments lorsque qu’il n’y a plus que ça pour changer l’ordinaire de la retraite nous touche. Où la fraîcheur de l’amour est mis en image avec des vieux. C’est beau.

Pascal Rabaté est le réalisateur de ce film, qui n’est rien d’autre que l’adaptation de la bande dessinée éponyme réalisée par … Pascal Rabaté. De nombreuses scènes sont la copie conforme de certaines planches !

pascal_rabate_-_film_les_petits_ruisseaux_-_juin_-_2010 « Les petits ruisseaux » (p. 14) © Pascal Rabaté & Futuropolis, 2006

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.