Rencontre avec Nicolas Fructus

Nicolas FructusA l’occasion de la Convention « Génération Star Wars et science-fiction » qui se tenait à Cusset en ce 1er mai 2016, plusieurs auteurs et illustrateurs tenaient un stand dédicace.
J’ai eu l’immense plaisir d’y faire la découverte de Nicolas Fructus qui a mis en image un scénario de Alejandro Jodorowsky : Showman Killer.

Dans l’espace Naboo, consacré aux auteurs et dessinateurs science-fiction, sur le stand d’une librairie, je feuillette les livres et BD quand je tombe sur un mot clé toujours fort pour moi : JODOROWSKY. Si l’univers de cet artiste excentrique et hors-norme peut être parfois difficile à appréhender au cinéma, c’est dans la bande dessiné qu’il a trouvé le moyen d’expression idéal pour mettre en image ses visions : la série L’Incal et ses dérivés m’ont marqué quand j’étais enfant.

Une pile de BD portait donc son nom, et un petit écriteau posé dessus informe que le dessinateur Nicolas Fructus est présent dans la salle pour dédicace. Il ne m’en fallait pas plus pour que je m’empresse d’acheter la série de trois tomes « Showman Killer ».

Showman Killer - Nicolas Fructus

 

PITCH :  Mercenaire de l’espace, le Showman est un super-assassin né de l’imagination démoniaque d’un généticien. Dénué de toute émotion, formé à l’art des combats, il a été conçu pour tuer et seul l’or ou les joies simples propres à la mécanique de destruction lui procurent du plaisir. Pourtant, le destin de l’implacable Showman prend une nouvelle tournure quand il croise, lors d’une mission, la fascinante Ibis…


 

Je fais le tour des stands à la recherche du Nicolas Fructus et le trouve attablé en train de dédicacer un de ses ouvrages. Tout en dessinant il discute avec la personne devant lui. Il prend le temps de faire un dessin travaillé. Il prend le temps de poser son crayon pour réfléchir à l’échange verbal qu’il a… Malgré la queue de personnes attendant leur tour, il prend le temps de la relation humaine avec ses lecteurs. J’aime. Beaucoup.

Utopiales de Nantes - Nicolas Fructus

 

Je ne connaissais pas cet illustrateur. Une présentation est proposée par l’association Genération Star Wars organisant l’événement  :

Nicolas Fructus, un artiste accompli !

Nicolas, après des études à l’École Emile Cohl, débute professionnellement en 1991 dans l’illustration pour la jeunesse avec entre autres Hachette Jeunesse.

En 1993, il participe à son premier travail dans le dessin d’animation. Le chassé-croisé entre production et illustration durera jusqu’en 1996, lorsqu’il intègre la direction artistique de la société de jeux vidéo ARXEL TRIBE. Commencent ainsi quatre années de travail en production, alternant la création et la mise en place de chartes graphiques, et le suivi de production. C’est lors de ces années que des collaborations voient le jour avec Mœbius pour le jeu Pilgrim, et surtout Philippe Druillet pour Ring, l’adaptation en jeu vidéo de la Tétralogie de Wagner, l’Anneau des Nibelung.

Mais c’est en 2000 que Nicolas Fructus décide d’arrêter pour un temps la production afin de pouvoir se consacrer pleinement à la Bande Dessinée, domaine qu’il rêvait depuis longtemps d’aborder. De 2001 à 2007, il sort cinq tomes d’une série nommée THORINTH, éditée aux Humanoïdes Associés.

Thorinth - Nicolas Fructus

 

Il participe également à la mise en couleur des albums de François Boucq sur la série BOUNCER, toujours aux Humanoïdes Associés. Et c’est aussi durant cette période, en Janvier 2002, que s’inscrit l’aventure ARTHUR ET LES MINIMOYS pendant plus de cinq ans, un travail de recherche graphique pour lequel Nicolas déploya tout son grand talent.

The art of Arthur and the Minimoys - Nicolas Fructus

 

Depuis 2008, Nicolas Fructus intervient régulièrement dans la réalisation d’illustrations fantastiques (Éditions du Bélial), dans le secteur du jeu (plateaux de jeux, séries d’illustrations de cartes), la Bande Dessinée (Showman Killer avec Jodorowsky), et des tirages limités comme Mémoire des Mondes Troubles (série de photographies avec Un livre-une image). Il a également illustré les mythiques histoires d’HP Lovecraft à travers le recueil « Kadath ».

Lovecraft - Nicolas Fructus

 

Ses derniers travaux consistent en l’intégralité des illustrations de l’ouvrage « Jadis » aux Editions Mnémos :

Jadis - Nicolas Fructus

 

Nicolas est un virtuose de l’illustration dans des domaines aussi variés que la Science-Fiction, le Fantastique et le Médieval-Fantasy, autant dire que vous ne pourrez que trouver votre bonheur avec lui, nous en sommes certains.

 

Enfin, mon tour arrive, je m’attable face à lui et lui ouvre le premier tome de la saga Showman. Aussitôt il attaque au crayon de papier l’esquisse de son dessin.

Pendant qu’il dessine, nous discutons, en nous tutoyant : je l’interroge sur Jodorowsky, la façon dont ils ont travaillé ensemble, comment ils se sont rencontrés… Nicolas Fructus n’est pas avare en anecdotes et souvenirs, il me refait son parcours depuis ses débuts aux Humanoïdes Associés, là où il a collaboré avec François Boucq, en tant que coloriste, ce qui lui a permis de rencontrer Jodorowsky. « Jodo », pour les intimes, me dit-il, est un être fantasque dans la vie courante mais très posé et très pro quand il s’agit de travail.

Nous parlons de sa formation et de ses influences. Je trouve dans son dessin des éléments proches de l’univers Bilal (les personnages parfois baignés dans un flou bleu froid), tout autant que Moebius (les architectures et vaisseaux tout en rondeurs), ce qui le flatte profondément.

Nicolas Fructus - Showman Killer - Tome 2 - Page 19 Showman Killer, tome 2, page 19

 

Au bout d’une demi-heure, son dessin est terminé, pleine page : Showman Killer et la Suprahiérophante. Je suis trop content et super excité.

Dédicade Nicolas Fructus - tome 1 Showman Killer - www.garr.fr

 

Je remercie chaleureusement Nicolas Fructus, et rejoins mes amis pour manger un morceau entouré de Stormtroopers, de Dark Vador et autres Jedis.

Mais rapidement, je retourne dans la salle des dédicaces… Oserai-je demander un autre dessin ?

Je retrouve l’artiste, seul à sa table, en train de téléphoner. Il me fait signe : je me réinstalle. Je lui ouvre le tome 2 et c’est reparti. Je suis accompagné par mes amis, un grand merci à Béatrice pour les photos !

Nicolas Fructus - www.garr.fr

 

Nicolas Fructus ne fait pas du vite-fait. C’est une vraie planche qu’il offre lors des dédicaces. Il réalise une première ébauche au crayon, à main levée.

Nicolas Fructus - www.garr.fr

 

Puis il met en couleur au pinceau avec un aplat monochrome.

Nicolas Fructus - www.garr.fr

 

Et enfin réalise une troisième couche à l’encre pour finaliser les détails.

Nicolas Fructus - www.garr.fr

 

Nicolas Fructus - www.garr.fr

 

Nicolas Fructus - www.garr.fr

 

Magnifique.

Pendant son travail nous parlons de son quotidien de dessinateur et de ses différentes collaborations : c’est un artiste diversifié travaillant aussi bien la photographie, la peinture, le dessin d’illustration, la bande dessiné, et pour le cinéma, l’animation, le jeu (dont une collaboration avec le grand Moebius sur le jeu Pilgim !) etc. Son site personnel permet de prendre la mesure de son talent.

Une dame s’insère dans la conversation pour faire part de son expérience avec Jodorowsky : il y a trente ans, elle assistait à ses conférences ésotériques et philosophiques autour de la lecture des tarots.

Et me voilà quarante minutes plus tard avec une seconde dédicace. Je le remercie de nouveau, lui promettant de revenir pour le troisième tome !

2016-05-01-dedicade_nicolas_fructus-t2_showman-killer-www-garr_-fr_

 

Nicolas Fructus n’est pas qu’un collaborateur, il a aussi son propre univers, ses propres créations., avec notamment la série BD « Thorinth ». La série de cinq tomes est terminée et comme j’aime les travaux achevés, je retourne à la librairie pour me la procurer.

nicolas_fructus-intc3a9grale_thorinth

 

PITCH :    Une tour, un labyrinthe, un golem… bienvenue dans Thorinth!

Amodef, maître des experts de conscience, créa Thorinth pour y découvrir les secrets du cerveau humain. La tour-forteresse vit sa destinée changer avec la trahison d’Esiath, une proche d’Amodef. Jalouse de son succès, elle façonna un golem qui devait prendre le contrôle de Thorinth.
Mais sa créature,  »Garde-fous » s’avéra plus puissante que la traîtresse et règne depuis sans partage sur la tour-labyrinthe, où sont exilés les indésirables. Il n’y est décelable qu’au travers de petits êtres appelés Schnoubouf qui déambulent par centaines dans cet univers clos.
Un homme décide pourtant de pénétrer dans Thorinth pour y retrouver sa compagne incarcérée. Au risque de ne jamais en revenir…

 

Avant de sortir de la salle, je jette un coup d’œil à sa table… Il est encore seul, personne ne lui tourne autour… Nous voilà reparti pour trois quarts d’heure d’échange pendant qu’il me dessine une troisième dédicace, sur le troisième et dernier tome de la série Showman Killer.

Avec son autorisation, je filme son travail. Le voici, accéléré ×10 :

 

Nous parlons rémunération du travail de dessinateur. Pour un album vendu 15 €, il me dit toucher environ 1€. Le scénariste gagne la même somme. Lui, me dit-il, a la chance de travailler en tant qu’illustrateur dans des secteurs diversifiés (BD, animation, jeux vidéos…). Ceux qui ne font que du dessin ont des fins de mois difficiles. Réaliser une bande dessiner est un travail très long, et au final peu payé.

Puis nous repartons sur le sujet Jodorowsky et ses projets. Nous nous lamentons sur l’échec du projet Dune, parlons de ce fameux story board dessiné par Moebius et dont la légende veut qu’il n’en existe que 3 exemplaires de part le monde. Sera-t-il publié un jour ? Le film sortira-t-il en animation prochainement, comme le laisse l’entendre Jodo lui-même dans le reportage « Jodorowsky’s Dune » ?

Nicolas Fructus me raconte que le travail sur Showman Killer n’est pas qu’une commande, car Jodorowski attendait la fin du dessin de chaque tome pour écrire le scénario du suivant. Ainsi il adaptait l’histoire suivant ce que le visuel de Fructus lui inspirait. Le travail était donc long et espacé, fait de va-et-vient dont chacun, scénariste et dessinateur, s’inspirait. A tel point que Fructus n’avait plus de contact avec Jodorowski en dessinant les dernières planches du troisième tome. Son scénariste travaillait à la réalisation de son film  » La Danza de la Realidad » !

 

Et voilà, un troisième dessin, splendide, m’est offert.

2016-05-01-dedicade_nicolas_fructus-t3_showman-killer-www-garr_-fr_

 

Je suis on ne peut plus ravi. J’ai conscience de la chance que j’ai d’avoir une série complète de bande dessinée dont chaque tome est dédicacé par le dessinateur avec un planche originale. C’est énorme ! Il ne me reste plus qu’à trouver l’occasion de rencontrer Alejandro Jodorowski pour compléter la dédicace… Ça risque d’être moins facile 🙂

 

Alors merci, merci, merci à Nicolas Fructus pour le temps qu’il m’a consacré, pour les presque deux heures passées ensemble à discuter de l’univers Jodorowski, de la bande dessiné, du fantastique et de la science-fiction. Magnifique rencontre.

2 réflexions sur “Rencontre avec Nicolas Fructus

  1. hé hé hé petit veinard opportuniste !!!! rires…

    C’est une bien belle histoire que tu viens de nous conter… et de bien belles images aussi…

    Comme quoi dans la vie, il faut essayer et ça marche… souvent !

    Très bel article qui donne envie de découvrir la série.

    Laure

Laisser un commentaire